Lueur d’espoir pour la mairesse de Saint-Adolphe-d’Howard dans le dossier de la ligne à haute tension

photo-lueur-d-espoir

( JOURNAL DE MONTRÉAL- 2 septembre 2017 – SAINT-ADOLPHE-D’HOWARD | La mairesse de Saint-Adolphe-d’Howard, Lisette Lapointe, soutient que le ministre Pierre Arcand s’est engagé à demander à Hydro-Québec d’analyser une étude sur l’enfouissement partiel, sur 10 km, de la ligne Grand-Brûlé-Dérivation Saint-Sauveur.

Mme Lapointe et le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles se sont rencontrés vendredi matin à ce sujet.

Mme Lapointe, qui a l’appui de ses homologues de la MRC des Pays-d’en-Haut et du caucus des députés péquistes des Laurentides, table sur l’enfouissement de cette nouvelle ligne d’approvisionnement en électricité afin de ne pas défigurer le paysage de sa municipalité.

«Inspirés par les projets d’enfouissement Northern Pass et Hertel-New-York d’Hydro-Québec, nous avons poussé plus avant l’hypothèse d’un scénario d’enfouissement partiel le long de chemins existants», a dit Lisette Lapointe, par communiqué.

«Nous avons fait appel aux services d’un ingénieur retraité d’Hydro-Québec afin de valider cette hypothèse et de la soumettre à une analyse qui tienne compte des mêmes facteurs que ceux d’autres projets d’Hydro-Québec», a poursuivi la mairesse, en disant que le coût de l’enfouissement serait «raisonnable».

«Je suis heureuse de l’ouverture démontrée par le ministre Arcand. Enfin, l’option d’enfouissement partiel pourra être analysée. Nous avons la chance inouïe de disposer d’un chemin existant qui pourrait recevoir facilement cette infrastructure et éviter le saccage de nos paysages et de notre économie récréotouristique», a soutenu Mme Lapointe.

Le scénario de l’enfouissement partiel permettrait de «limiter le plus possible les impacts sur l’environnement et le paysage exceptionnel de Saint-Adolphe», selon Lisette Lapointe, qui a rappelé que sa municipalité et la société d’État n’ont pu en venir à une entente, le printemps dernier, pour améliorer le tracé autorisé par la Régie de l’énergie.

Le projet Grand-Brûlé-Dérivation Saint-Sauveur, destiné à combler la forte croissance des besoins en électricité dans les Laurentides, reliera le poste Grand-Brûlé d’Hydro-Québec, à Mont-tremblant, à une ligne existante située entre les postes de Saint-Sauveur et de Sainte-Agathe-des-Monts. La ligne sera construite en surface sur quelque 40 kilomètres.

Le scénario de l’enfouissement partiel de la ligne est considéré comme un «ultime recours» par Mme Lapointe.

L’engagement du ministre Arcand arrive quelques jours après qu’Hydro-Québec eut obtenu le dernier feu vert, soit l’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, pour aller de l’avant dans ce dossier.