ÉCOULEMENTS DE SÉDIMENTS DU 6 JUILLET 2019 : SAINT-ADOLPHE-D’HOWARD EXIGE DAVANTAGE DE RIGUEUR DE LA PART D’HYDRO-QUÉBEC

Ruisseau attenant au Lac Massie (photo: Comité de citoyens)

Ruisseau attenant au Lac Massie (photo: Comité de citoyens)

(Saint-Adolphe-d’Howard, le 11 juillet 2019) – Dans la foulée des travaux d’aménagement de la ligne de transmission Grand-Brûlé, dérivation Saint-Sauveur qui se poursuivent sur le territoire de Saint-Adolphe-d’Howard, une nouvelle coulée de sédiments a été signalée le samedi 6 juillet dernier. Le maire Claude Charbonneau a vertement dénoncé le manque de rigueur d’Hydro-Québec dans la mise en place de mesures requises pour contrer tout nouveau déversement de sédiments dans les cours d’eau et l’environnement de la Municipalité.

Ce sont des citoyens qui ont sonné l’alerte de ce nouveau déversement auprès du ministère de l’Environnement. Les coulées ont atteint le lac Massie touché à plusieurs reprises l’an dernier par des épisodes d’écoulement de sédiments. Le ministère a dépêché l’un de ses représentants sur les lieux pour constater ce nouvel épisode qui survient un an jour pour jour après le premier déversement.  Deux employés de la Municipalité se sont également rendus sur place.

Respect des conditions de l’Ordonnance

Rappelant l’Ordonnance émise par le ministère de l’Environnement le 12 février 2019, le maire Charbonneau a souligné qu’il est inconcevable qu’Hydro-Québec poursuive ses travaux de manière à générer de nouveaux manquements à la Loi sur la qualité de l’environnement. « L’Ordonnance relevait plusieurs entorses d’Hydro-Québec à la Loi sur la qualité de l’Environnement ainsi qu’en ce qui concerne les conditions du certificat d’autorisation environnementale émis pour ce chantier. Nous sommes en droit de nous attendre à davantage de rigueur de la part d’Hydro-Québec », a fait valoir le maire Charbonneau. L’Ordonnance enjoignait notamment Hydro-Québec de mettre en place des mesures appropriées de contrôle afin de prévenir tout rejet de sédiments dans les milieux humides et hydriques susceptibles d’être affectés par le Projet ainsi que de produire un plan de contrôle des sédiments et de remise en état des milieux humides et hydriques ».

« Nous sommes confiants que le ministère de l’Environnement, qui a pleine autorité en matière du respect de la Loi sur l’environnement ainsi que de l’exécution des conditions de l’Ordonnance, exercera une surveillance attentive de ce chantier. Il en va de la préservation de nos cours d’eau et de notre environnement », de conclure Claude Charbonneau.